You are here

News

Afin de gagner en visibilité dans les différentes régions, nous organisons des rencontres des groupes régionaux dans le courant des prochaines semaines. Ces réunions se dérouleront de la manière suivante : dans un premier temps, un ou une représentant·e de Facteur de Protection D vous informera sur les prochaines étapes de la campagne et répondra à vos questions. Dans une seconde partie, nous aborderons ensemble les possibilités d’actions et d’engagement. 

Le port du burkini sur les plages françaises fait actuellement débat au-delà des frontières de notre pays voisin. En Suisse, l’interdiction du niqab et de la burqa alimente les discussions. Un premier sondage paru en début de semaine montre que 55 pour cent des Suisses interrogé·e·s approuveraient aujourd’hui l’initiative « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage », lancée en mars 2016. Les initiant·e·s invoquent un jugement controversé de la Cour européenne des droits de l’homme (CrEDH) qui validait une interdiction semblable en France. Cette initiative est toutefois une atteinte à la liberté personnelle et à la liberté de religion.

Vendredi passé à Berne, l’initiative populaire „Le droit suisse au lieu de juges étrangers“ a été déposée à la Chancellerie fédérale. Comme attendu, les initiant·e·s ont soutenu que l’initiative ne s’attaquait pas à la Convention européenne des droits de l’homme. Avec notre action „Carton rouge pour l’initiative anti-droits humains“, nous avons pu montrer le vrai visage et le but dissimulé de cette initiative, et ce, avec des arguments à l’appui.

Publishing Date: 
12. août 2016

Nous ne nous laissons pas déposséder de nos droits humains! Le but de l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers», qui est déposée aujourd’hui, signifie la dénonciation de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Une dénonciation que les initiants essaient de dissimuler. Sous prétexte que l’acceptation de cette initiative renforcerait les droits des Suisses et des Suissesses, ce sont les droits de nous tous qui seraient affaiblis. Ce qui n’est pas loyal! Opposez-vous, avec Facteur de protection D, la coalition d’ONG contre l’initiative anti-droits humains, à cette atteinte à la protection de nos droits! 

La semaine passée, une cinquantaine de parlementaires, représentant-e-s d’ONG et expert-e-s se s’ont réunis pour discuter très concrètement des conséquences possibles pour la Suisse d’une acceptation de l’« initiative pour l’autodétermination ». Tous se sont accordés pour dire que l’objectif de cette initiative est la dénonciation de la Convention européenne des droits de l’homme. Cela revient à se tirer une balle dans le pied : l’acceptation de cette initiative entraînerait à long terme la dénonciation de la CEDH et ainsi la suppression d’un facteur de protection important et garant de nos droits fondamentaux.

Publishing Date: 
15. mars 2016
Hier, le Conseil national a discuté le rapport „40 ans de CEDH“ suite à une demande de Tim Guldimann. La discussion a été ouverte conjointement par Tim Guldimann et Claude Béglé, les deux porte-parole de la Commission de politique extérieure CPE. A l’exception du représentant de l’UDC, tous les porte-parole se sont exprimés de manière unanime en faveur de l’importance de la Convention pour la Suisse. Regardez les avis présentés dans la vidéo. Et jetez un coup d’œil sur notre communiqué de presse. Il est encore plus important que vous signez notre appel et que vous le faites circuler!
Quelles semaines! Après un combat historique, c’est à une large majorité que le peuple suisse s’est prononcé en faveur de l’Etat de droit et de la démocratie. La société civile a donc connu un sursaut salvateur. Des voix de tous bords se sont en effet fait entendre, parvenant à mettre à mal le climat de peur que le plus puissant parti de Suisse tentait d’instaurer. Il s’agit là sans contexte d’un signe positif pour les défis à venir.
Publishing Date: 
25. février 2016
Theoda Woeffray
Les nouvelles sont encourageantes, mais allons jusqu’au bout : chaque voix compte pour être sûr que l’initiative de mise en œuvre soit refusée le 28 février. Envoyez, vous aussi, ce mail à 5 de vos connaissances. Chers amies, cher amis, Nous votons le 28 février sur l’une des plus dangereuses initiatives lancées ces dernières années. L’initiative de mise en œuvre met en danger des droits acquis de longue date par la Suisse et met en péril notre vivre-ensemble. C’est pourquoi je vote NON. Envoyez ce mail à vos connaissances et faites campagne autour de vous. Votre voix compte !
Publishing Date: 
4. février 2016
Theoda Woeffray
Chers amis, Le 28 février nous voterons sur une des initiatives les plus dangereuses des dernières décennies. L’initiative de mise en œuvre met en danger des conquêtes suisses de longue durée et met en jeu notre vie commune. Pour cette raison, je voterai non à l’initiative de mise en œuvre le 28 février. Envoie cet e-mail à tous tes contactes et mobilise ton entourage afin que nous puissions écarter ce grand danger pour la Suisse! Ton vote compte! https://www.youtube.com/watch?v=NiskGihE_i8&feature=youtu.be
Le 28 février le peuple suisse votera sur deux initiatives qui, en cas d’acceptation, auraient pour conséquence la discrimination de certaines minorités. L’initiative populaire « Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage » n’est pas autant médiatisée que l’initiative de mise en œuvre. Nous vous informons sur les deux initiatives. L’initiative populaire «Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage» vise à supprimer les désavantages qui frappent certains couples mariés par rapport aux couples concubins dans le domaine de l’impôt fédéral direct.

Pages

J’aimerais rester informé-e.